Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 14:14

http://farm1.static.flickr.com/200/471037754_2e5d1d46fb.jpg

 

Si il y a bien un trait de caractère qui s'adapte à tous les types de pêcheurs que nous rencontrons en france, c'est bien l'élitisme.

 

Petit rappel... L'élitisme est une attitude qui consiste à favoriser l'accession des personnes jugées comme étant les meilleures et qui tend à défavoriser la masse. Le mot élitisme est un néologisme, et n'a pas de définition officielle. Il peut être aussi utilisé en synonyme de snobisme.

 

N'avez vous jamais ressenti une volonté de la part d'une communauté de pêcheurs, de se démarquer d'une supposée autre catégorie ? Afin d'amorcer le débat, commençons par quelques exemples concrets que nous numéroterons cas 1,2 et 3.

 

Cas n°1: Les pêcheurs pratiquant le no kill se mettent volontairement en marge de ceux qui ne le pratiquent pas, les excluant ici et là des manifestations qui suivent leurs propres idées.

 

Cas n°2: Les pêcheurs à la mouche qui ne jurent que par le fouet semblent souvent peu aptes à valoriser un poisson pourtant relâché avec la plus grande précaution mais... pris avec une technique différente que la leur.

 

Cas n°3: N'oublions pas ceux qui ne voient leur faculté de prendre du poisson à la pêche que part la possession matérialiste de divers engins rattachés à une éthique et une pratique. Comme l'appartenance d'un bateau qui tend à discréditer ceux qui pratiquent modestement la pêche du bord.

 

Oui, c'est un fait, notre petit monde de la pêche est régi de ces communautés qui ne veulent pas se mélanger. Et je suis certains que les cas allant dans ce sens sont nombreux.

 

Dérive d'une évolution/regression sociale du comportement humain ou volonté certaine de se démarquer des autres pour valoriser ses propres actes ?

 

Avant d'aller plus loin, posons nous déjà la question: Nous considérons-nous, oui nous-même, comme des élitistes ? Pour ma part je n'ai pas mis longtemps à trouver la réponse, je pratique, et j'assume l'élistisme au quotidien lors de mes sorties au bord de l'eau. Je pense d'ailleurs que je ne partage mes parties de pêche qu'en compagnie de gens au comportement élitiste qui de part leurs actes et leur façon de penser se fondent dans mon préconçu de la pêche sportive.

 

Explication, ressenti...

 

Fameux cas n°1 que voilà, je pense que je me retrouve dans cette configuration presque à chacune de mes sorties... Quel comportement adopter face à des individus que l'on voit écailler un poisson non maillé au bord de l'eau alors que nous prenons un soin infime à ne pas les blesser ? Que répondre à toutes les affirmations infondées quand on vous interpelle à proximité de la mise à l'eau sur l'extermination du Silure ? Serait-il fair play, d'un point de vue objectif par rapport aux poissons et à nos collègues pêcheurs de leur indiquer les lieux où nous avons relaché notre dernière belle prise ?

 

La fracture en France entre pratiquants du catch & release et préleveurs grandit de jour en jour. Ces deux mondes s'ignorent encore aujourd'hui et les débats houleux lors des assemblées générales des AAPPMA ne font qu'empirer les choses dans bien des cas. Je me rapelle de cette action que j'avais à la truite dans la thiérarche ardennaise, les poissons étaient si beaux et en quantité... Puis le bouche à oreille à vite rammené une mauvaise "clientèle" en nombre qui de part son idéologie, a simplement eu raison de mes persévérances, j'ai lâché les armes et j'ai préféré partir avant que le dégout ne l'emporte sur tout. Ces gens là ont-ils pratiqué l'élitisme ? Non... ils sont venus avec leur "droit de pêcheur" pour défoncer "ma" rivière, sans scrupule, sans gêne, sans rien...

 

Certes l'élitisme que nous pratiquons, nous pêcheurs sportifs, nous permet de préserver la qualité de nos lieux de pêches, j'ai encore lu récemment qu'une figure de la pêche du jura avait refusé un reportage sur une chaine télévisée pour conserver son trésor, si précieux à ses yeux à côté de l'éventuel accroissement de sa côte de popularité. Mais l'élitisme ce n'est pas que ça et il faut bien l'admettre.

 

http://storage.canalblog.com/61/79/489209/59192411_p.jpgPêche de l'espadon sur des lignes à main au large de Madagascar

 

Que dire du sentiment que je ressens quand je croise le regard brillant de mon ami Eric sur l'eau lorsque nous avons une conversation avec un pêcheur qui n'est là que pour le fruit de sa pêche... Je dois dire que s'en est même jouissif tant nous nous estimons intellectuellement au dessus de ces pratiquants dans la façon d'aborder et de pratiquer notre passion.

 

Ils recherchent le fruit d'une bonne pêche, nous recherchons un cheptel halieutique perrein et de qualité. J'aime a schématiser cette idée sur l'image de la pomme: Donnez une pomme à deux hommes, l'un d'entre eux va la manger pour soulager sa faim, l'autre va s'abstenir de la consommer et donner naissance à un pommier, puis un verger. Je vous laisse imaginer, quelques années plus tard, lequel de ces deux hommes aura la plus belle collection de pommes...

 

Nous ressentons la jouissance de se sentir tant en décallage avec le côté basique d'une bonne pêche au posé. Joussif simplement d'avoir le sentiment d'avoir appris beaucoup de choses et de rester discret alors que ceux qui en parlent à corps et à cris ne vivent leur passion que sur des suppositions et des rapports subjectifs.

 

"Les brochets ne mordent pas, en ce moment ils mangent des feuilles", "Les silures ont été rammenés d'afrique", "Vous tuez les poissons avec vos hélices de bateau" etc... nos bons clichés français aussi traditionnels et archaïques soient-ils, me feront toujours autant sourire. Tant que nous serons minnoritaires par rapport à ces gens, je ne me vois pas mener une guerre idéologique perdue d'avance pour changer les mentalités et préfère conserver fièrement mon élitisme avec mes trésors.

 

Toutefois, il existe de plus en plus en france certains bastions, où les pêcheurs que nous sommes deviennent petit à petit majoritaires, marginalisant à l'inverse, les préleveurs... et imposant petit à petit leurs idées.

 

Mais extrapolons un peu cette situation idéale de poissons en abondance avec des pêcheurs tous respectueux les uns autant que les autres...

 

L'autre jour, j'ai fais un rêve... nous étions en 2050, 200 pêcheurs sur un lac très bien géré à tous relâcher nos poissons, à tous pêcher avec la même technique... aucun de nous ne se démarquait des autres. Nous avions à l'évidence perdu notre élitisme et je me retrouvais ainsi, un pêcheur parmis tant d'autres pratiquant une gestion supposée parfaite du cheptel halieutique, mais je n'en étais pourtant pas plus heureux... On s'ennuyait fermement de cette incapacité à ne pouvoir se démarquer, ressentir le sentiment d'appartenir à une communauté au sein d'une communauté.

 

Voilà qui nous ammène à notre cas n°2. Vous aurez bien compris que cette démarcation que prennent certains pêcheurs aux leurres, se retrouve dans le monde de la pêche à la mouche. Les moucheurs sont en fait dans un deuxième degré d'élitisme, celui de s'imposer des contraintes de savoir-faire, de connaissance et de technicité afin de parvenir à prendre du poisson.

 

Techniquement et en terme de rendement, nous sommes obligés de leur donner raison. Un débutant pourra leurrer une truite avec une cuillère alors qu'il rencontrera beaucoup plus de mal pour faire dériver la bonne immitation de sedge dans la bonne file d'eau.

 

Mais est-ce une raison pour autant de ne pas mélanger ces deux mondes puisqu'en terme de gestion, ils défendent la même idée ? ont les même projets ? Une fois encore, je pense que certains estiment avoir parcouru un cheminement qu'ils veulent exposer au grand jour en "snobant" le reste de la communauté. C'est le plaisir de vouloir être un incompris, d'appartenir à une catégorie supérieure de pêcheur.

 

Celà nous ammène à notre dernier cas, le cas n°3.

 

J'ai déjà rencontré tant de gens qui ne juraient que par les statistiques, "prendre toujours plus", "toujours plus vite" et "toujours un peu plus loin..." Tu ne pêches pas en bateau ? tu es un rigolo... Cet élitisme matérialiste a déjà bien traversé les ages mais je crois qu'il n'a jamais été aussi présent qu'aujourd'hui dans notre passion, il y a les pros, les amateurs et les "débutants", euh non... il faut plutot dire les ignards...

 

 

 

Je fais parti de ceux qui pensent que la pêche doit rester une activité que l'on pratique à son image tant que le poisson est respecté et son éventuel prélèvement réfléchi. Quand j'ai commencé la pêche, je me suis vite aperçu qu'un débutant sans technique et matériel particulier pouvaient prendre le poisson de sa vie au troisième lancé...

 

J'ai trouvé ça simplement magique...

 

Voilà qui rééquilibre la situation et nous ammène à une possible conclusion...

 

Nous nous entêtons, tous pêcheurs que nous sommes, à être élitistes les uns par rapport aux autres et pourtant, très souvent la pêche nous rapelle qu'elle est en grande partie composée de chance et d'opportunisme, aussi simpliste et loin de toute notion de castes qui organisent et composent notre passion.

 

L'élitisme communautaire de la pêche en France est donc à mon sens un mal pour un bien, il a toujours existé et il se doit d'exister. A ceux qui se sentent souvent délaissés par les autres, ne lachez rien, vivez votre passion avec vos idées et pas avec les leurs. Sachez tirer le positif tout ça, il y a beaucoup de chose à jeter mais il y a aussi beaucoup de choses à apprendre, puis à s'apprendre...

 

Voici donc l'angle sous lequel j'aborde la question, je tiens à préciser, si vous ne l'avez pas bien saisi, que je ne mets en avant aucune individualité mais uniquement un comportement communautaire que nous avons depuis des décennies.

 

La parole est à vous si vous souhaitez réagir.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by So Many Fish - dans Speech of the Week
commenter cet article

commentaires

alex 28/02/2012 11:16


interessante question!


je crois que l'elitisme est une chance. certes le travers de ce comportement qu'est la comparaison qui amene à rabaisser son prochain reste dommageable. mais sommes nous nés avec
ces reflexions qui dictent nos actes aujourd'hui? je crois que sans une certaines elites le no-kill n'aurait pas autant d'adeptes aujourd'hui. sommes nous intelligents depuis le depart ou avons
nous appris? appris quoi et de qui?


et cette elitisme qui pousse à rabaisser son prochain n'est il pas le même qui nous pousse à perseverer,apprendre,s'ameliorer?


quand rien n'est plus fort l'amelioration n'existe plus et sans besoin d'avancer tout me semble bien inutile


même les idoles ont leurs idoles et c'est tans mieux!


quant aux personnes qui pensent etre les meilleurs,soit elles se mentent soit elles manges des graines!!


 


les etangs sont degelés mon ami!!!

Joss' 28/02/2012 13:29



Belle contribution


C'est vrai que je n'ai pas abordé assez le côté péjoratif de l'élitisme qui tend à toujours pousser un peu plus loin l'exlcusion et le rabaissement. Mais sommes nos pour autant incapables de
tendre la main ?

Comme tu le souligne le désir d'évolution et d'amélioration nous ammène à nous élever, à prendre du recul sur le système, le comprendre et le repenser.


Nous nous croyons meilleurs de part notre façon de penser et de respecter les choses mais celà fait-il de nous de meilleurs hommes vis à vis de nos homologues ? Je ne pense pas du tout... et je
pense que ce n'est pas ce que nous recherchons.


 


(Les étangs sont dégelés en partie... donc pêchables... eau cristaline au rendez-vous... ;) )